La grippe A(H1N1) reste imprévisible, indique l’OMS

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

 

La grippe A(H1N1) reste imprévisible, indique l'OMS. (AFP  )

La grippe A(H1N1) reste imprévisible, indique l’OMS. (AFP )

L’agence onusienne indique que plus de 4.735 décès imputables au virus H1N1 ont été signalés et que l’activité grippale dans l’hémisphère nord est beaucoup plus importante qu’à l’habitude.

La pandémie grippale A(H1N1) demeure préoccupante en raison de son caractère imprévisible bien qu’elle ait tué moins de 5.000 personnes jusqu’ici cette année, fait savoir vendredi 16 octobre l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Dans un communiqué, l’agence onusienne précise que plus de 4.735 décès imputables au virus H1N1 ont été signalés et que l’activité grippale dans l’hémisphère nord est beaucoup plus importante qu’à l’habitude.
Toutefois, Gregory Hartl, porte-parole de l’OMS, a souligné qu’il était trop tôt pour tirer des conclusions du bilan des victimes et qu’il faudrait une année complète pour que les experts se prononcent au sujet de la maladie, à propos de laquelle l’OMS parle de pandémie depuis juin. La grippe A(H1N1) a été détectée en avril.

“Se tenir prêts aux développements en abordant l’hiver”

“Même si le taux de mortalité n’est peut-être pas énorme à l’heure actuelle, nous devons continuer à nous tenir prêts aux développements en abordant l’hiver dans l’hémisphère nord”, a déclaré Hartl lors d’un point de presse.
Les experts doivent notamment observer le comportement du virus durant la période janvier-février, qui marque en général le pic de la saison grippale dans l’hémisphère nord, a-t-il dit.
La plupart des patients qui ont contracté le virus H1N1 présentent des symptômes bénins. Mais par contraste avec les formes de grippe saisonnière qui peuvent revêtir un caractère de gravité chez les personnes âgées, le H1N1 peut se révéler dangereux pour des personnes en état de santé fragile ou chez de jeunes adultes en bonne forme.
“Cette maladie continue à inspirer de l’inquiétude parce qu’elle n’agit pas exactement comme la grippe saisonnière et parce qu’elle n’affecte pas les mêmes groupes que la grippe saisonnière”, a noté Gregory Hartl.

4.735 morts dans 191 pays

La grippe H1N1 qui continue de progresser dans l’hémisphère nord, a tué au moins 4.735 personnes dans 191 pays et territoires de la planète depuis son apparition au printemps, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié vendredi.
Le précédent bilan de l’OMS, diffusé le 9 octobre, faisait état d’”au moins 4.525 morts”, soit une différence de 210 décès en une semaine.
La plupart des nouvelles victimes ont été enregistrées en Amérique du nord (Etats-Unis et Mexique), région où le nouveau virus pandémique a été détecté pour la première fois et qui continue de totaliser le plus grand nombre de décès dans le monde (3.406 morts).

En recul net dans l’hémisphère sud

La région Asie-Pacifique compte 962 morts contre “au moins 207″ en Europe.
La maladie reste toujours active dans l’hémisphère nord, en particulier aux Etats-Unis et au Canada, où un nombre inhabituellement élevé d’affections respiratoires a été enregistré, relève encore l’OMS.
En recul net dans l’hémisphère sud, le nouveau virus a affecté au moins 399.232 personnes dans le monde, selon les dernières données de l’OMS qui souligne que ce chiffre est en deçà de la réalité étant donné que nombre de pays ne comptabilisent plus strictement tous les cas.

(Nouvelobs.com)

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »